Les Meilleurs Ouvriers de France et Jules Pansu : une longue histoire

Par Sophie Seite
dans histoire de la maison Jules Pansu
30 oct 2013
0 Commentaire
3553 Views

Les Meilleurs Ouvriers de France et Jules Pansu

Si vous visitez les locaux de la Maison Jules Pansu, à Halluin , alors vous aurez l’occasion de voir accroché au mur des bureaux une médaille de Meilleur Ouvrier de France et le diplôme qui l’accompagne. Et s’il n’y en a qu’une, c’est parce d’autres «MOF» les ont modestement conservées chez eux. En effet, c’est une longue tradition qui lie la Société Jules Pansu avec ces exceptionnels ouvriers. Ce fameux diplôme, en date de 1979, est celui de Jacques Hoet, qui a pris sa retraite aujourd’hui.
C’est à cette époque, quand s’est posée la question de sa succession et par là même de la transmission de ce savoir faire unique, que tout naturellement, deux employés de la société se sont vus proposer de prendre la relève.
Bien entendu, décider de devenir Meilleur Ouvrier de France relève d’une démarche personnelle car l’on doit s’impliquer énormément pour arriver à faire partie de l’élite dans son domaine.
C’est ainsi qu’en 2000, Véronique Masquelin et Laurent Deschryver ont fait le choix de présenter le concours de Meilleur Ouvrier de France en tapisserie en binôme, l’un se consacrant à la création et l’autre à la fabrication.

Les Meilleurs Ouvriers de France et Jules Pansu

Le concours du Meilleur Ouvrier de France prend place tous les 4 ans.
Une fois le dossier d’inscription déposé et accepté, il faut travailler inlassablement sur le projet, pendant des mois, voire des années.
Le concours, dans la catégorie tapisserie, ne se déroule pas sur une journée précise, avec un temps imparti, comme pour les métiers de bouche, par exemple. Le travail terminé est remis puis jugé par un jury de professionnels du tissage qui observera le savoir-faire, le respect des règles du métier nécessaires pour atteindre un niveau d’excellence.
Véronique et Laurent avait choisi de présenter la tapisserie d’une longueur de 5 mètres (imposé et devant être sans défaut) ainsi qu’un meuble «calibré», c’est à dire une chaise d’époque sur laquelle était placée une tapisserie avec un motif centré. Ils ont effectué de nombreuses recherches au niveau des motifs de l’époque médiévale et réalisé une tapisserie en point d’Halluin (en laine).
Le beau travail réalisé à l’époque et remis avec un dossier technique leur a permis d’atteindre ce rêve : être reconnu par ses pairs pour son exceptionnel savoir faire. Laurent et Véronique ont donc été diplômé grâce à leurs réalisations et cette haute distinction leur a valu d’être reçus à l’Élysée par le Président de la République de l’époque (Jacques Chirac), ainsi qu’à la Sorbonne.

nécessaire à peinture pour la tapisserie chez  Jules Pansu

Comment devient-on Meilleur Ouvrier de France en tapisserie ?

Avant d’en arriver là, Véronique a passé un BTS stylisme et infographie textile, Laurent un brevet de Technicien, suivi d’un BTS et d’une licence informatique industrielle. Il faut se souvenir qu’à cette époque pas si lointaine, les ordinateurs en étaient encore à leur balbutiement mais Véronique pressentait déjà que l’avenir de la tapisserie passerait par cette révolution.
Et de fait, cette révolution a bien eu lieu !

Travail à la palette graphique chez Jules Pansu

Les produits qui sortent de l’usine Jules Pansu sont ornés d’un certificat d’authenticité qui porte le nom de la tapisserie, le point dans lequel elle a été réalisée, le nom du sujet, son époque, sa taille mais également la signature des deux Meilleurs Ouvriers de France. Sans oublier, la mention « made in France » qui fait également la fierté des employés.

Ce dont Véronique et Laurent sont le plus fier, c’est de leur capacité à relever les défis techniques qui leur sont proposés et la possibilité de créer des produits innovants. Lors de cette interview, ils ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que c’est le travail de toute une équipe, car à eux seuls, ils ne seraient pas en mesure de réaliser toutes ces créations.

etiquette-tapisseries-halluin-point-de-loiselles

Laisser un commentaire