Découvrir la tapisserie

Par Sophie Seite
dans slider
17 sept 2013
0 Commentaire
2931 Views

La maison Jules Pansu, créée en 1878, s’est attachée à développer et enrichir ce savoir-faire ancestral lié à la tapisserie, au travers de sa création, de son tissage Jacquard et de sa confection. Nous vous proposons donc de découvrir la tapisserie et son histoire :

La tapisserie est l’une des traditions françaises qui, au cours des siècles, a largement contribué à l’embellissement de notre patrimoine. Au Moyen Âge et jusqu’à la guerre de Cents Ans, l’Ile de France était le plus grand producteur de tapisseries, dont Paris était la capitale incontestée. La guerre et le pillage systématique des villes ont fait fuir les lissiers vers le Nord où ils créèrent les Ateliers d’Arras. Mais après le sac de la ville, les tapissiers refluèrent vers les Flandres dont ils firent leur nouvelle métropole. Véritables artisans travaillant en famille, ils se plaisaient à tisser des scènes bibliques, puis s’inspirant de la traduction des textes grecs et latins, des scènes mythologiques. Vers la fin du XVème siècle, c’est le Val de Loire qui accueillit nos tapissiers et c’est dans ce «berceau de nos rois» que naquirent les plus prestigieuses pièces de nos musées : «les mille fleurs», sujets champêtres pleins de fraicheur et de charme, où s’ébattaient gentes dames, seigneurs et paysans sur un fond de fleurettes dit de «bord de Loire».
La fin du Moyen Âge vit apparaître les sujets épiques. Rois et princes firent tisser les scènes de leurs tournois, de leurs combats et de leurs victoires ainsi que leurs parties de chasse. Cette époque reste la plus prolifique en chefs-d’œuvre incomparables.

Tapisserie Jules Pansu intitulée Dame a l'orgue

« Dame à l’orgue » – Tapisserie Jules Pansu

Et puis le style évolue…

Avec la Renaissance et l’arrivée des artistes italiens, la tapisserie change radicalement de style. Associant peinture et tapisserie, Raphaël introduit l’art de la composition, l’ordre, la clarté, la perspective, le décor, les riches bordures et arabesques qui donneront le «haut en couleur» propre à la Renaissance. En France, vers 1530, François 1er fonde à Fontainebleau la première manufacture royale de tapisseries. Vers 1660, c’est Colbert qui fonde les Gobelins, puis Beauvais, quatre ans plus tard, sous la protection de Louis XIV.
Plus de 800 peintres et tapissiers sont réunis aux Gobelins, à Paris, sous la direction de Charles Le Brun dont l’idée est de spécialiser les artistes selon leurs dons et leurs affinités. C’est pourquoi il n’est pas rare de trouver un carton signé par plusieurs artistes différents.

La fantaisie la plus débridée

Après la mort de Louis XIV, les sujets officiels, solennels, disparaissent pour céder la place à la fantaisie la plus débridée. Tout au long des règnes de Louis XV à Louis XVI, c’est le triomphe de la nature, de la sensualité. Scènes galantes et voluptueuses se succèdent à travers de riants paysages. Un style qui atteint son apogée avec Boucher. La Révolution met un terme au génie créateur des tapissiers. Mais en 1975, Beauvais, Aubusson, Felletin rouvrent et jusqu’au XIXème siècle, on y reproduira les dessins des plus grands cartonniers de manufactures royales.

La Maison Jacquard

Au cours des siècles, les techniques de la tapisserie se modifient. Vers 1757, Jacques de Vaucanson met au point un métier de basse lice qui par la suite fut légèrement amélioré par Joseph Marie Jacquard (1752-1834). Ce métier est à l’origine de la technique que nous employons aujourd’hui dans nos ateliers pour réaliser nos points et particulièrement le point d’Halluin. Une technique grâce à laquelle la tapisserie a pu s’adapter au monde moderne tout en gardant son authenticité. Aujourd’hui, alors que plus de cinq siècles nous séparent des plus grandes œuvres tissées par nos liciers, nous sommes fiers de pouvoir proposer à tous les amateurs d’art de véritables pièces de collection qui enrichiront leur intérieur, quels que soient son style et ses dimensions.

Portrait de Joseph Marie Jacquard

Portrait de Joseph Marie Jacquard

Laisser un commentaire